Des films pour… Halloween

                                                                                    Des films pour… Halloween Ah, le 31 Octobre, son flot de confiseries, de chapeaux pointus et de mauvaises farces… Si certains grincheux détestent se déguiser ou abhorrent la quête des enfants, d’autres ne pourront s’empêcher de se remémorer de bons souvenirs de jeunesse ou de célébrer ce soir même, la fameuse fête des monstres. Ce soir, c’est pour tous ceux qui ne peuvent pas fêter Halloween que Close Up a concocté cette petite sélection de films d’horreurs. Emmitouflez-vous bien dans votre couette, entourez-vous aussi bien que vous le pouvez ou armez-vous de courage, car ce soir, Close Up vous offre des frissons. Be brave !  

                                                                             The Shining, 1980, Stanley Kubrick

v1-btsxmte2odazmjtqoze3mtg0ozeymda7odawozeymda Qui a dit que tous les films d'Halloween devaient forcément être gores, remplis d'effusions de sang, de créatures cauchemardesques et de "screamers"  incessants ? La vraie peur, celle qui monte lentement pour vous prendre doucement à la gorge, se trouve bien moins dans la surenchère horrifique que dans l'excavation subtile des limites de la folie humaine. Là réside toute la réussite de The Shining, film du réalisateur prodigue Stanley Kubrick, qui nous plonge dans la progressive psychose de Jack Torrance (Jack Nicholson), écrivain en manque d'inspiration parti s'isoler avec sa famille pour retrouver sa plume. Un immense hôtel complètement vide dans la montagne, des conflits familiaux latents, des hallucinations ponctuelles et une vague histoire de malédiction peuvent sembler une trame narrative bien mince pour un film d'épouvante, mais c'est sans compter sur l'immense talent de Kubrick pour la mise en scène. Cette dernière brouille avec brio les perceptions spatiales et temporelles du spectateur : aux longs travellings dans les interminables couloirs de l'hôtel succèdent des champs-contre-champs faussés, aux plans enserrant les personnages répondent des cadrages très larges écrasant les protagonistes par le vide des pièces. Le tout est magnifié par un souci du détail quasi perfectionniste. Les jeux de miroir présents dans de nombreuses scènes, ainsi qu'un soin tout particulier pour les effets de lumière, viennent ajouter au trouble du spectateur, qui perd lui-même progressivement pied avec les événements. Nul subterfuge numérique donc. Aucun effet de scénario ou autre astuce cinématographique ne sont employés ici pour faire naître une peur artificielle. Seul le talent Kubrick donne vie à la psychose de Jack Torrance, et plonge lentement le spectateur dans une angoisse viscérale. La force de The Shining réside grandement dans cette sobriété, et pour ça que ce film mérite amplement d'être vu : pour ne pas oublier que le cinéma d'horreur peut lui aussi porter fièrement ses lettres de noblesse.

Bande-annonce :  https://www.youtube.com/watch?v=ILUCMYUXoaI

Olivier Bonnot

                                                                                                                             Hocus Pocus, 1993, Kenny Ortega

images

Quand on évoque le nom d’Hocus Pocus, c’est souvent au groupe de rap concurrent de 1.9.9.5. qu’on croit faire référence. Pourtant non, il y a bien plus culte : le film de Kenny Ortega. Ce Disney sorti en 1993 retrace l’histoire d’une fratrie de trois sorcières malencontreusement ressuscitées un soir d’Halloween 300 ans après leur mort en 1693, dans leur ville de Salem, Massachussets. Et les trois malfaisantes poursuivent le même but qu’auparavant : trouver des jeunes filles pour en aspirer la jeunesse… S’ensuit donc une course-poursuite semée de rebondissements tous plus disneyesques les uns que les autres, course qui s’avère aussi contre la montre puisque si le soleil se lève avant qu’elles aient atteint leur objectif, elles seront pétrifiées et réduites en poussière… Tension, donc, dans ce typique film d’Halloween. Je me souviens avoir adoré ce film, sursauté devant les effets spéciaux ‘so 1993’ et avoir été fascinée par les sorcières. Aujourd’hui le film a vieilli (comme moi sans doute) et c’est moins le côté effrayant que celui de film culte qui ressort. 
Film culte pourquoi ? Pour une myriade de raisons absurdes, notamment parce que le réalisateur, Kenny Ortega, est celui qui a réalisé la trilogie High School Musical (swag) et que l’une des trois sorcières n’est autre que Sarah Jessica Parker ! Bref, si vous n’êtes pas pour les très grandes frayeurs et le sang partout, ou si vous fêtez Halloween avec vos petits cousins, frères et sœurs, alors foncez à Salem chasser de la sorcière !

Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=Ema2x9IS0mU

Elena Di Benedetto

                                                                              Nosferatu, 1922, F.W. Murnau

xvm08e62f8e-2ac9-11e5-8e49-6dc21babd670 Nosferatu fait partie du cercle très fermé des films fondateurs du cinéma moderne. Aussi appelé Nosferatu : A symphony of Horror, ce film se revendique donc directement du genre et est un peu l’acte initiateur des films de vampires. Murnau a en fait illégalement adapté le roman de Bram Stoker, Dracula, en changeant seulement les mots « vampires » par « Nosferatu » et transformant le comte Dracula en comte Orlok ; hormis ces éléments, le reste n’est qu’adaptation pure, ce qui lui a valu plusieurs procès. Habile, l’ami Murnau. Choisir ce film pour Halloween c’est faire le choix intello mais pas que. Ce film est en fait une prouesse technique pour l’époque, les scènes en mer en témoignent, et l’agilité du réalisateur compense largement tous les effets spéciaux. Mais au-delà de ça, même si vous commencerez par rire, ou du moins sourire, de ce film super daté, muet, en noir et blanc, où tous les sentiments passent par des expressions faciales inédites, au fur et à mesure, vous serez pris dans ce film rythmé et haletant, dans sa musique à l’orgue intense, et bientôt vous n’oublierez plus jamais la tête de l’étrange comte Orlok et de son dos bossu. Chapeau, Monsieur Murnau !

Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=ZxlJxDr26mM

Elena Di Benedetto

                      Miss Peregrine et les enfants particuliers, 2016, Tim Burton

miss-peregrines-home-movie-trailer-poster

De quoi ça parle ? Jake Portman est un jeune garçon de 16 ans avec des difficultés pour s’intégrer dans la société. Depuis tout petit, son grand-père Abe, juif polonais, lui raconte l’histoire d’un orphelinat dans lequel il a été envoyé pendant la période nazie. Cet orphelinat, situé sur une île au Pays de Galles, accueillerait des êtres particuliers, des enfants avec des dons surnaturels. Abe aurait notamment rencontré une jeune fille plus légère que l’air et un garçon invisible. Un soir, alors qu’il rentre du travail, Jake trouve son grand-père mortellement blessé par une créature étrange qui lui a arraché les yeux. Traumatisé et suite aux conseils de sa psychiatre, Jake décide d’aller visiter l’orphelinat pour faire le deuil de son grand-père. Mais que va-t-il trouver ? Et pourquoi son grand-père a-t-il tout fait pour que Jake croit en l’existence de ces enfants ? Pourquoi regarder Miss Peregrine et les enfants particuliers ? 
Miss Peregrine et les enfants particuliers est un film fantastique adapté à partir du roman éponyme de Ranson Riggs. Son point fort ? Tim Burton au meilleur de sa forme. On retrouve son univers enchanteresque, sa touche esthétique si particulière tant apprécié dans Dark Shadows et Edouard aux mains d’argent. La campagne galloise se transforme en pays merveilleux et le caractère féérique de ce sombre conte capture le spectateur. Miss Peregrine est interprétée avec finesse et charisme par Eva Greene. Asa Butterfield (Jake) se fond parfaitement dans ce monde parallèle. La galerie de personnages que constitue les enfants particuliers est à la fois étonnante et terrifiante. Si pour Halloween, vous voulez voyager dans un autre pays, rêver vers d’autres horizons et repousser les limites de la réalité sans risquer de mourir d’une crise cardiaque devant un film d’horreur, alors Miss Peregrine et les enfants particuliers a été écrit pour vous. Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=MkJZgf0rAGI Pauline La Batie

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *