6 films pour…trouver ta vocation!

Mercredi 5 octobre. Votre rentrée est loin derrière vous, et les examens approchent à grands pas. Déjà pourtant, vos interrogations principales se portent vers votre avenir : 1A, vous commencez à réaliser que le plus dur, ce n'était peut-être pas d'entrer à SciencesPo mais de savoir quoi faire après ; 2A, vous essayez vainement de sourire et d'avoir l'air crédible quand vous affirmez que si si vous savez exactement ce que vous voulez faire de votre vie, c'est pourquoi le choix de la 3A n'est vraiment pas si compliqué ; 3A, vous êtes partis depuis quelques jours ou semaines mais déjà, la perspective de devoir cocher une case pour choisir votre master vous donne des sueurs froides ; M1 et M2, vous avez choisi et êtes censés avoir trouvé ce que vous voulez faire pour le restant de vos jours mais en réalité, vous avez l'impression que vous n'avez jamais aussi peu su où vous alliez. Et bien Close up vous a confectionné une liste de films à voir...pour qu'enfin vous trouviez votre voie !

The Big Short, 2015 - Adam McKaythebigshortcsheader

De quoi ça parle ? 

De la crise des subprimes ou comment gagner plein d’argent en exploitant le malheur des autres. Une poignée d’individus, tous employés dans le monde de la finance, prend conscience que le système des subprimes, et avec lui l’immobilier américain et l’économie mondiale, vont s’effondrer. Ils décident alors de parier contre le système et remportent d'énormes sommes d'argent alors que les autres perdent tout.

Pourquoi regarder The Big Short ? 

Pour choisir le master de Finance et Stratégie en sachant pourquoi vous reniez votre morale. Pour comprendre la crise des subprimes que notre cher Algan a essayé ou essaiera de vous expliquer, en vain. Pour le sublime quatuor que forment Christian Bale, Steve Carell, Brad Pitt et Ryan Gosling.

Pauline La Batie

 

Douze hommes en colère, 1957 - Sydney Lumet images

De quoi ça parle ? 

Aux Etats-Unis, un jury de douze hommes doit juger l’affaire d’un jeune garçon accusé du meurtre de son propre père. Si le vote, dont le résultat doit être unanime, le donne coupable, le garçon sera exécuté. Lors du premier vote, onze jurés le désignent coupable : le juré n°8, qui a de sérieux doutes, a voté en faveur de la présomption d’innocence. Il s’emploie alors à expliquer les failles de l’enquête pour convaincre un à un les autres jurés de l’innocence du garçon.

Pourquoi regarder Douze hommes en colère ? 

Pour le génie de Sydney Lumet. Pour la prouesse technique de réaliser un film en huis clos dans un espace unique et presque en temps réel. Pour le sentiment oppressant et terriblement excitant qui en découle. Pour la déconstruction par le jury n°8 de toute l’affaire, de toutes les preuves, afin de démontrer l’innocence du garçon, démonstration qui convaincra de rejoindre les rangs de l’Ecole de droit. Pour ce vibrant plaidoyer en faveur d’une justice égalitaire quelque soit la richesse, la couleur ou l’origine du coupable. Pour les qualités d’acteur d’Henry Fonda. Pour découvrir ou renouer avec les films anciens en noir et blanc de la meilleure façon qu’il soit. Pour le suspense tiré à son paroxysme. Pour le caractère presque sociologique de ce film qui s’attache à connaître les origines, les motivations et les évolutions de chacun des personnages face à la pression de l’affaire et du groupe.

Pauline La Batie

 

Spotlight, 2015 - Tom McCarthy 

spotlight_affiche_largeur

De quoi ça parle ? 

En 2001, le nouveau rédacteur en chef du Boston Globe, Marty Baron, décide de relancer son journal avec une affaire brûlante : l’Eglise couvre les abus sexuels sur enfants donc sont coupables des dizaines de prêtres de la ville de Boston. L’équipe spéciale d’investigation Spotlight est chargée d’enquêter sur l’affaire.

Pourquoi regarder Spotlight ? 

Pour effectivement faire du journalisme comme vous l’aviez annoncé lors de votre oral d’entrée à SciencesPo, mais cette fois avec des bonnes raisons, comme le droit à la vérité ou la lutte contre la corruption. Pour réaliser l’ampleur de cette histoire de prêtres pédophiles. Pour Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams et Liev Schreiber. Pour l’intensité de cette adaptation cinématographie d’un fait historique qui suscite indignation à l’égard de ces croyants aveugles et corrompus, dégoût vis-à-vis de ces prêtres, et admiration pour ces journalistes qui n’ont pas abandonné leur enquête malgré les menaces. Pour l’Oscar du meilleur film et celui du meilleur scénario original qu’il a reçu en 2016.

Pauline La Batie

 

Demain, 2015 – Cyril Dion & Mélanie Laurent

unknown

De quoi ça parle ?

Alarmés par la publication d'une étude qui annonce la potentielle disparition d'une fraction de l'humanité d'ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent se lancent dans un périple. Ils partent avec une équipe de quatre personnes pour enquêter dans dix pays différents pour constater l'étendue des dégâts, mais surtout, pour comprendre comment trouver des solutions aux crises écologiques, économiques et sociales traversées. Ils rencontrent les acteurs de demain, ceux qui repensent l'agriculture, l'énergie, l'économie, la démocratie et l'éducation, sur une base saine. Ce documentaire met en emphase les multiples initiatives prises aux quatre coins du monde pour enrayer notre modèle consumériste, et ce, en apportant de l'espoir.

Pourquoi regarder « Demain » ?

Pour se lancer dans une carrière humanitaire. Pour se dire que tout n'est pas perdu. Pour mettre en action notre puissance d'être en agissant sur ce qui nous entoure. Regarder « Demain », c'est aussi mieux comprendre les rouages de notre société et comprendre que l'on y contribue. C'est pouvoir prendre conscience que notre petite échelle locale peut avoir un impact sur la santé du monde. Le documentaire permet de voyager, de rencontrer différentes cultures, qui à des millions de kilomètres ont la même ambition, celle de prendre part à l'histoire de l'humanité pour enrayer le cercle vicieux dans lequel elle s'est perdue. Chacun cultive son jardin à sa propre manière.

Ariane Cornerier

Diplomatie, 2014 - Volker Schlöndorff

unknown-1

De quoi ça parle ? 

Dans la nuit du 24 août 1944, le général Dietrich von Choltitz a reçu pour ordre d’Hitler de raser Paris, et plus spécifiquement de faire exploser tous ses monuments les plus grandioses. Raoul Nordling, un consul suédois, rencontre le général dans le célèbre hôtel Meurice : il a une nuit pour essayer de le faire changer d’avis.

Pourquoi regarder Diplomatie ? 

Par amour pour Paris, pour la culture, pour la vie. Pour redécouvrir la beauté d’une ville et sa fragilité. Pour André Dussolier et Niels Arestrup, à couper le souffle. Pour s’intéresser à la question de la patrie et du nationalisme. Pour les images d’archives. Pour l’intensité de ce presque huis clos, de cette confrontation entre deux personnalités immenses et écrasées par leur pouvoir, celui de sauver ou d’éliminer une ville et sa population. Pour le texte sublime tiré de la pièce de théâtre écrite par Cyril Gély. Pour la suprématie du langage diplomatique sur la rigidité militaire qui saura vous donner envie d’entrer à la PSIA. Pour la portée historique de cette nuit si tragique.

Pauline La Batie

 

Séraphine, 2008 - Martin Provost

unknown

De quoi ça parle ?

D'une vie. Celle de Séraphine Louis. Elle commence femme de ménage en 1912, au service du collectionneur allemand Wihelm Uhde. Ce collectionneur n'est autre que le premier acheteur de Picasso et le découvreur du douanier Rousseau. Séraphine s'adonne à la création. Quand Wilhem découvre ses peintures, c'est l'apothéose. Maîtresse de ses recettes, elle sait toujours surprendre le maître. S'élabore une relation inattendue entre les deux personnages.

Pourquoi regarder Séraphine ? 

Pour concrétiser le double Master avec L'Ecole du Louvre. Pour apprécier le beau. Pour se laisser bercer par les mots de Séraphine, parlant du processus de création : « Quand il y a des arbres qui poussent ainsi, je sens des choses que je ne pourrais pas vous expliquer. C'est comme vous diriez du miel, des liqueurs chaudes. Je me dis alors que Dieu m'aime, il est comme un amoureux avec moi ». Pour apprécier la Nature, la couleur des fleurs et le mouvement des feuilles. Ce film  est intéressant pour sa portée historique, on en apprend à propos des Primitifs modernes ; on comprend que Séraphine est une visionnaire et que sa psychologie déviante la pousse à dévoiler l'expression de son monde intérieur par la peinture, sans jamais dévoiler son modus operandi.

Ariane Cornerier

Pour ceux qui n'ont pas encore trouvé leur voie malgré tous nos efforts, on vous propose un petit bonus :

 

Nikita, 1990 -Luc Besson

unknown-1

De quoi ça parle ? 

Du parcours de l'héroïne éponyme : NIKITA. L'action commence lors du braquage d'une pharmacie par une bande de junkies. Ces derniers sont en manque, dans un état second donc. La police arrive sur les lieux, les coups de feux ne se font pas attendre. Nikita est la seule survivante de sa bande, mais elle a abattu un policier. Prison ferme. Perpétuité. Bob, un homme énigmatique ose le deal avec Nikita. Un entraînement intensif de plusieurs années pour travailler secrètement pour le gouvernement contre la liberté. Nikita devient un agent hautement qualifié des services secrets. Une dernière mise à l'épreuve : évoluer seule à l'extérieur …

Pourquoi regarder « Nikita » ? 

Pour relativiser. Si vous ne trouvez pas le chemin pour travailler pour l'Etat français, empruntez la voie parallèle. Surtout si vous avez déjà été capable de mettre une claque cuisante à votre professeur de combat, ou de planter un crayon dans la main d'un gendarme lors d'un interrogatoire. Trêve de plaisanterie ! C'est le film idéal pour qui aime les films hybrides, mêlant science fiction, comique de caractère, romantisme et amitié. C'est aussi l'occasion d'agrandir la liste de vos scènes cultes, avec une Nikita qui, allure d'homme, sauve sa peau à tout instant. Anne Parillaud crève l'écran et Tchéky Karyo a la classe.

Ariane Cornerier

   

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *