Adapter un roman au cinéma – Avec Jean Paul Rouve et David Foenkinos

Adapter un roman au cinéma – Avec Jean Paul Rouve et David Foenkinos

Jean Paul Rouve et David Foenkinos étaient avec nous le 5 février dernier, pour présenter le film Les Souvenirs, et parler avec nous de leur vision de l'adaptation d'un roman au cinéma.

Rouve 2

Jean-Paul Rouve, réalisateur du film Les souvenirs, débute la conférence en nous expliquant que l'adaptation cinématographique est selon lui une relecture, une réinvention, et qu'elle n'est donc pas un simple copier-coller du roman. C'est en collaboration étroite avec David Foenkinos qu'il a travaillé pour réaliser ce film, et tout deux n'ont pas essayé de coller parfaitement à l'histoire du livre. Ils ont davantage veillé à « garder le même argile », afin que le lecteur ne soit pas déçu de l'adaptation cinématographique.

La réalisation de Les Souvenirs a duré sept semaines, et s'est principalement déroulée à Paris, à   Montmartre, et en Normandie, à Etretat. David Foenkinos ne s'est rendu qu'à deux reprises sur le tournage. Il souhaitait en effet accorder une totale liberté à Jean-Paul Rouve dans la réalisation, considérant que « c'était avant tout le film de Jean-Paul Rouve ». Il n'y a ainsi pas eu de dialogue à proprement parler entre le réalisateur et l'auteur, David Foenkinos n'intervenant que jusqu'à l'écriture du scénario. En ce sens, les acteurs n'ont notamment été choisis que par Jean-Paul Rouve. Ce dernier nous a à ce propos confié qu'il se refusait à penser au choix des acteurs pendant l'écriture du scénario, «pour ne pas être déçu si l'acteur avec qui je m'imaginais travailler n'accepte pas». Ainsi, il a pour Les Souvenirs essayé de créer une famille cohérente, avec la participation de Michel Blanc dans le rôle du père, Chantal Lauby dans celui de la mère, Annie Cordy dans celui de la grand-mère, et Mathieu Spinosi, rencontré grâce à un casting, dans celui du fils. Jean-Paul Rouve nous a également fait part du fait qu'il laissait ses acteurs libres de lire ou non le livre, ne leur donnant aucune indication spécifique. Selon lui, il est préférable qu'un acteur ne lise pas le livre qui va être adapté cinématographiquement, afin que son jeu ne soit trop intellectualisé.

Aussi, Jean-Paul Rouve a beaucoup insisté sur le fait que l'adaptation cinématographique résulte de nombreux choix : dans Les souvenirs, il a par exemple choisi de privilégier l'histoire de la grand-mère, et de ne pas s'intéresser à l'histoire du couple formé par Romain (interprété par Mathieu Spinosi) et Louise (Flore Bonaventura), bien qu'elle soit très développée dans la fin du roman. Il a également convenu qu'il n'y aurait pas de voix off dans l'adaptation, afin d'ôter le côté littéraire du livre.

Devenir réalisateur n'était pas une vocation pour Jean-Paul Rouve, mais une envie qui s'est progressivement affirmée. D'abord acteur, il a ensuite écrit des scénarios, puis réalisé son premier film en 2007, Sans arme, ni haine ni violence. S'il est depuis devenu plus précis dans ses envies de réalisation, il reste désireux d'y « parler de la vie », de dépeindre notre époque et d'aborder des problèmes sociétaux sans les juger, en laissant leur appréciation au spectateur. En cela, il souhaite décrire des situations que l'on peut tous vivre, et qui nous touchent. Il semble alors que Jean-Paul Rouve ait réussi son pari dans Les Souvenirs, film la fois réaliste et absurde, sérieux, drôle et tendre.

David Foenkinos nous a ensuite fait partager son expérience en tant qu'auteur dont deux romans ont été adaptés au cinéma, La Délicatesse, en 2011, et Les Souvenirs, en 2015. David Foenkinos n'est pas spécialement à la recherche d'adaptations cinématographiques pour ses livres, ayant même déjà refusé plusieurs propositions de la part de réalisateurs (notamment pour son livre Charlotte, publié chez Gallimard en 2014). Selon lui, « la vie du livre, du roman, demeure son texte, et pas son adaptation ». Pour Les Souvenirs, il dit avoir éprouvé une grande confiance avec J-P Rouve et a donc souhaité collaborer avec lui, ce qu'il n'aurait pas fait avec ce qu'il appelle de « gros producteurs ».

David Foenkinos nous explique également que certains romans majeurs, de par leur complexité, sont impossibles à adapter au cinéma - notamment, Voyage au bout de la nuit, de Céline, ou  A la recherche du temps perdu, de Proust. Des adaptations se révèlent quant à elle être très décevantes, comme Belle du Seigneur, d'Albert Cohen, réalisé par Glenio Bonder en 2012, ou Anna Karénine, de Léon Tolstoi, réalisé par Joe Wright en 2012. Parfois, c'est l'adaptation cinématographique qui peut rendre un livre connu – par exemple, les films de Kubrick ou de Truffaut, qui sont pour souvent inspirés de romans, ont permis de faire connaître des auteurs peu connus.

La manière dont le film a été financé a été l'objet de plusieurs questions, qui ont permis à J-P Rouve de revenir sur le système de financement des films français. Ce dernier réside avant tout dans les contributions apportées par les chaînes de télévision et dans les aides régionales. Or, les chaînes françaises telles que TF1, France 2, France 3, ou encore M6 avaient refusé de financer le film. Seul UGC, distributeur du film, a participé au financement, ainsi que SOFICA et Orange. J-P Rouve a ainsi pu disposer d'un budget de moins de trois millions d'euros, ce qui en fait un petit film d'auteur - un film français « moyen » coûte en effet entre cinq et six millions d'euros. Les Souvenirs, très bien accueilli au festival d'Angoulême, est désormais « sur la route du million ».

Finalement, la conférence s'est conclue par une question sur le degré de satisfaction qu'éprouvait J-P Rouve pour son film. Il nous a alors fait part de deux degrés différents de satisfaction : l'un concernant l'adaptation, dont il se dit très satisfait, parce qu'il a le sentiment d'avoir respecté et conservé l'essence du livre, l'autre concernant le film, dont il est aussi content, puisqu'il pense avoir réalisé Les Souvenirs en adéquation avec ce qu'il en attendait.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *