Jusqu’à la garde – Garde toi de flancher

Premier film de Xavier Legard, Jusqu'à la garde met en scène le divorce du couple Besson. Pour protéger son fils d’un père qu’elle accuse de violences, Miriam en demande la garde exclusive. La juge en charge du dossier accorde une garde partagée au père qu’elle considère bafoué. Pris en otage entre ses parents, Julien va tout faire pour empêcher que le pire n’arrive. Un mari, une femme, leurs avocates respectives à leurs côtés, deux versions d’une même histoire, et une juge qui doit décider laquelle des deux est un mensonge. Ainsi s’ouvre Jusqu’à la Garde, dans une séquence quasi-théâtrale où les diatribes des avocats révèlent blessures, tensions, reproches et déformations pour plonger le spectateur dans le doute. On a fini par avoir l’habitude de ces scènes presque banales de bataille pour la garde des enfants, qui se terminent en général à l’avantage de la mère. Mais ici, le spectateur, plongé dans la peau de juge grâce à une judicieuse caméra subjective, ne peut se décider à trancher. La mère, incarnée par Léa Drucker, est-elle bel et bien la victime qui ne cherche qu’à protéger ses enfants ? Ou n’est-elle pas plutôt une manipulatrice qui veut empêcher son ex-conjoint de les voir ? De bout en bout, une réalisation impressionnante de maîtrise pour un premier long-métrage permet d’instaurer une tension et un suspense inhabituels dans un tel drame. On ne s’embarrasse pas ici d’une longue et inutile exposition. Au contraire, dès la première scène, la crise est là, évidente, saisissante, et le film progresse ensuite à un rythme subtil et savamment travaillé jusqu’à atteindre un final d’une puissance rare. L’ensemble est d’une sobriété...

Pentagon Papers ou l’Apologie du Journalisme

Steven Spielberg / 1h55 / Sortie en salle le 24 Janvier 2018. Synopsis: Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s'associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d'État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d'années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis… « The only way to protect the right to publish is to publish » Ben Bradlee.   À l'heure du gouvernement Trump et des "fake-news", Steven Spielberg décide de faire de la résistance avec son dernier chef d'œuvre en date, Pentagon Papers. Ainsi, il se soulève en ce mois de Janvier 2018 contre médisances, invectives et calomnies d'un Président des États-Unis incontrôlable et trop limité pour comprendre, après un an d'exercice pourtant, qu'il est à la tête de la plus vieille démocratie de notre ère, celle des Pères Fondateurs, du Bill Of Rights et des Checks And Balances. Film engagé et poignant, Pentagon Papers s'attaque à une affaire des années 1970 pour défendre la liberté d'expression d'aujourd'hui et l'indépendance de la presse de demain. Avec un casting hors du commun, The Post ne cesse de faire parler de lui depuis décembre et ce, dans le monde entier. Après une première à New York, à Londres puis à Paris, le temps est enfin venu de découvrir cette fameuse ode au journalisme et à la démocratie. En quoi cette nouvelle œuvre de Spielberg est-elle une vraie leçon de cinéma ?...

Les Heures Sombres – Où se joue le moment crucial?

Joe Wright / 2h06 / Sortie en salle le 3 Janvier 2018.   Synopsis : Ce sont les heures les plus sombres pour l’Europe. Celles pendant lesquelles son destin a failli basculer. Et où cela s’est-il joué ? Dans le Cabinet de Guerre de Winston Churchill. Même en temps de guerre, les manœuvres politiciennes ont la dent dure. Alors qu’Hitler a conquis la Pologne, qu’il écrase les Pays-Bas et la Belgique et met la France en déroute, les Britanniques dissertent sur l’occupant du 10 Downing Street. Ce sont deux visions qui s’affrontent, « Peace talks » ou « Fighting until the end ». Lors de ces quelques jours de Mai 1940, rien ne semble acquis.   Scène d’introduction. Nous sommes à la chambre basse du Parlement britannique. Le speaker nous fait face. Les conservateurs, au pouvoir, sont à gauche. Les travaillistes, sur notre droite. Une lumière immaculée, irréelle, balaye la salle en biais si bien que le gouvernement de Neville Chamberlain se retrouve dans la pénombre totale et que le « shadow cabinet » d’Atlee, lui, est en pleine lumière. Le travailliste à la salle avec lui lorsqu’il demande la démission de Chamberlain, seul prix de l’union sacrée des partis qu’il promet dans ce temps de guerre européenne. Les conservateurs n’ont pas un mot. En quelques minutes, Joe Wright a ainsi réussi une prouesse. Le pacte du film est noué avec le spectateur. C’est ainsi que tout commence, un leader doit choir pour qu’un autre se lève, capable de faire face au plus qu’évident renversement du pouvoir en faveur de l’opposition. Les lignes doivent changer, et c’est bien là tout l’enjeu du film. L’homme qui incarne ce...

Star Wars VIII Les Derniers Jedi – Le dernier Parricide

  Rian Johnson / 2h32 / Sortie : 13 Décembre 2018. Synopsis : Les héros du Réveil de la Force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé…   Il est toujours difficile de s’attaquer à une saga comme Star Wars, qui cristallise toutes les passions de ses spectateurs. En 2015, JJ Abrams s’y était déjà frotté après la sortie du septième opus de la saga, s’attirant la foudre des fans pour son respect quasi-religieux à la trilogie originale, floutant la ligne entre le remake sans originalité et l’hommage trop appuyé. Mais rien ne préparait Rian Johnson à la tornade que fut la réception populaire de son nouvel opus, Les Derniers Jedi. Une réaction violente des fans, allant même jusqu’à exiger à Disney, nouveau propriétaire de la franchise, d’enlever le film de la trame principale. Depuis son annonce à la tête du projet, Johnson s’est toujours targué de vouloir faire un film qui couperait avec ses prédécesseurs. Il fallait en fait voir en ces déclarations une traduction littérale de la portée mythologique de ce nouveau Star Wars, qui en 2h30 se paye le luxe de totalement transformer les fondations du mythe vieux de 40 ans. Mais là où le film est subtil, c’est qu’il le fait tout en respectant l’univers crée par George Lucas. Là où de nombreux fans l’accusent de ridiculiser les fondations de Star Wars, il faut y voir un profond respect et un tremplin vers quelque chose de plus grand : une nouvelle génération qui s’émancipe de ses pères fondateurs....

Top-Sélection des films qu’on attend en 2018

Call Me By Your Name Ce que nous a préparé Luca Guadagnino pour ce début d’année 2018, c’est de la tendresse, de la sensualité, et des larmes. Basé sur le roman du même nom d’André Aciman, Call Me By Your Name est une balade amoureuse charnelle dans un village au nord de l’Italie des années 80. Elio, jeune homme de dix-sept ans, fils d’intellectuels dont il hérite une éducation qui fait sa maturité, passe un été innocent chez ses parents dans la campagne italienne – jusqu’à l’arrivée de Oliver. Ce bel étudiant américain venu s’instruire dans l’art gréco-romain, fait alors naître une romance qui fait écho à l’histoire de Rimbaud et Verlaine, pleine de douceur et de désirs, et faisant ressentir sans peine au spectateur toutes sa sensorialité. Accompagnés par la douce voix de Sufjan Stevens, les plans d’un esthétique ultimement plaisant qui lui ont valu plusieurs récompenses rendent hommage à l’amour uniquement, sans faire de sa nature homosexuelle le sujet principal de l’œuvre. Le 28 février en salles. Durée : 2h11       Ready Player One 2018 serait-elle l’année de grâce de Steven Spielberg ? Après Pentagon Papers (The Post), qui fait déjà des vagues de l’autre côté de l’Atlantique et qui sortira chez nous le 24 Janvier, un autre film fait des émules depuis que le cinéaste a été annoncé à la réalisation du projet : Ready Player One.   Si ce titre ne vous dit rien, c’est tout à fait normal. Aventure de science-fiction portée par la plume de Ernest Cline en 2011, le roman dont le film de Spielberg est l’adaptation est surtout adulé par la communauté...