Bravo virtuose! – Le Tueur Immaculé

Bravo Virtuose!

De Levon Minasian

1h30.

Alik a 25 ans est encore jeune mais est déjà un grand clarinettiste en Arménie. Seulement, il voit son monde chambouler lors de l’assassinat du grand mécène de l’orchestre. Que faire ? Que devenir ? L’orchestre est voué à disparaître. Le monde qui l’entoure est rongé par mafieux et violences.

Mais en le mettant en possession du portable d’un tueur à gage, le destin lui donne la possibilité de se dégager de toute passivité. Passant de victime à bourreau, exécutant des contrats, il garde pourtant en lui cette pureté qu’on juge propre à l’art, au virtuose. Une tuerie n’a jamais été aussi innocente, n’a jamais eu l’air plus candide. À ses côtés, la musique est un personnage à part entière, dans toute sa variété : on passe de Tigran Hamasyan, jeune prodige, à Michel Petrossian, connu dans le monde entier. Les airs se fondent aux scènes, aux personnages, mais ont cette particularité de garder une autonomie liée à l’intrigue.

Moins lyriquement, et plus sincèrement, le thème choisit par Levon Minasian est parfois un peu trop tiré par les cheveux. Mais le réalisateur reprend son sérieux dans l’allusion lucide à un quotidien réel, obligé d’usurper son identité. Des scènes marquantes et cruelles émaillent le film, mais elles restent légères grâce aux pointes de cynisme, mélodieusement alliées aux images expressives et hautes en couleur. Le personnage est finalement attachant et amoureux : le bien pourrait-t-il résister à la perversion ?

Alix

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *