Candelaria – La jeunesse a-t-elle un âge?

Johnny Hendrix Hinestroza /

1h27 /

4 Avril 2018.

Candela est une coquette femme d’environ 70 ans. Son époux Victor Hugo et elle vivent une vie paisible bien que précaire dans le Cuba sous embargo de 1995. Qu’importe le peu de nourriture, ils ont leur amour. Et leurs poussins. Oui, Candela a recueilli des petits poussins tout jaunes, tout doux, qu’elle chérit individuellement, même si c’est illégal dans un pays communiste où la propriété privée est méprisée. Mais les petits commerces sous le manteau font légion, et tout le monde ferme les yeux, y compris sur ceux que fait Victor Hugo avec ses cigares “tombés du camion”depuis la manufacture où il travaille.

Candela, elle, est employée dans un hôtel ; elle est lingère. Un jour, elle fait une découverte au milieu des draps àtrier : un camescope. Et elle décide de le garder, sachant pourtant pertinemment l’illégalité de sa manoeuvre (et la somme qu’elle pourrait en tirer si elle le vendait au marché noir). Ce camescope se révèle être un détonateur dans leur vie de couple et à l’amour platonique va s’ajouter l’amour charnel, oublié depuis longtemps dans ce couple de personnes âgées qui ont quand même 150 ans à eux deux !

Finalement, ce qui brille dans ce film ce n’est pas tant l’histoire d’une vie que la tendresse infinie qui transparaît à travers l’écran. C’est un véritable tour de force que de réussir à transmettre ce sentiment si doux, si subtil, si rarement représenté, et pourtant c'est ce que fait le réalisateur colombien Jhonny Hendrix Hinestroza.

 

Une autre de ses réussites tient au fait de montrer à l’écran les corps âgés. Sans user de subterfuges pour les cacher ou les sublimer à outrance, il les montre franchement, sans aucune obscénité. Et c’est par cette honnêteté que les corps sont beaux.

Il y a bien des personnages secondaires qui rendent ce film vivant, le prêteur sur gages étranger véreux, l’ami de Victor Hugo qui lui achète des cigarettes, les musiciens du groupe dans lequel chante Candela, mais ceux qui rayonnent par-dessus tout sont ces deux amoureux qui affrontent sereinement chacune des étapes que leur réserve la vie, dans une dignitéinfaillible.

Candelaria est une ode aux petites choses de la vie, aux regards, aux caresses ; une ode à lamour, au rire. Une invitation à apprécier chaque instant car on ne maîtrise finalement que peu. Si le film nest jamais moralisateur, il délivre tout de même une morale forte : la jeunesse na pas d’âge, et il ne tient qu’à nous de nous en emparer.
Elena Di Benedetto

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *