Carnet de Cannes – Jour 2

Le 68e festival de Cannes s'est poursuivi ce jeudi 14 mai,avec une deuxième journée marquée par le début de la compétition. Deux films étaient en effet présentés devant la presse et le jury: Notre petite soeur, du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, et Tale of Tales, de l'italien Matteo Garrone. Mais un autre film semble avoir tiré son épingle du jeu.

Du coté de la semaine de la critique, c'est le film Les Anarchistes, d'Elie Wajeman, qui était projeté: l'histoire d'un brigadier de police pendant la Belle Epoque, infiltrant un réseau anarchiste, non sans y nouer quelques attaches sentimentales. Les rôles principaux reviennent à deux enfants du festival, Adèle Exarchopoulos, sacrée (Palme d'Or) pour La Vie d'Adèle, et Tahar Rahim, qui avait triomphé (Grand Prix du jury) avec Un Prophète de Jacques Audiard. L'occasion de retrouver les deux acteurs sur la plage de Cannes.

Adèle Exarchopoulos et Tahar Rahim sur la plage à Cannes en mai 2015

20 minutes

Pour ce qui est des films en compétition, c'est Notre Petite Soeur, de Kore-eda, qui a ouvert les festivités: le réalisateur revenait en terrain connu à Cannes, lui qui a remporté le Prix du Jury en 2013 avec Tel Père, tel fils. Son nouveau projet, qui sortira sur les écrans français en octobre, embarque Haruka Ayase et Masami Nagasawa dans un drame familial, où quatre soeurs se rendent à l'enterrement d'un père qui les a abandonné quinze années plus tôt. Le film a profondément divisé la presse : Télérama regrette que la note tragique, qui avait fait le succès de ses autres films, [soit] la grande absente… laissant “trop” de place à la tendresse", tandis que Metronews apprécie les personnages du film, voyant dans le visage de l'héroïne adolescente "la première grande émotion de la compétition."

Kore-eda et ses quatre héroïnes (La Croix)

L'autre film de la compétition ce jeudi, c'était Tale of Tales , de l'italien Matteo Garrone: prévu pour Juillet, il rassemble Salma Hayek et Vincent Cassel dans l'adaptation d'un recueil de contes, le Giambattista Basile. A prévoir donc, son lot de rois et reines, mais aussi de monstres et autres ogres affamés. Paris Match note un long-métrage "baroque, inégal mais toujours surprenant", alors que le JDD imagine déjà le film "quelque part au palmarès" : "La mise en scène, virtuose, ne laisse aucun répit, l’inventivité totale sublime chaque image".

Pierre Richard et son épouse Ceyla Lacerda se rendent à la projection de "Mad Max : Fury Road".

Matteo Garrone entouré de Vincent Cassel et Salma Hayek (RTL)

Mais surtout, ce deuxième jour de compétition a été marqué par la projection du quatrième opus de la saga Mad Max, trente ans après le dernier volet, sorti en 1895. Le film, sorti en salles ce mercredi (retrouvez notre critique ici) a créé une attente considérable et semble avoir ébloui la presse. Première s'enthousiasme : "C’est bien simple : on n’a rien vu d’aussi bandant au cinéma que l’ouverture de "Fury Road" depuis très très longtemps. (...) Miller écrase tout ce que Hollywood a fait depuis des lustres.". Le Point souligne par ailleurs le risque pris par George Miller, de relancer une saga devenue mythique sans tomber dans la caricature : " Et c'est là tout le génie du maître australien : au lieu de réinventer son oeuvre, inventer du nouveau cinéma". Eric Libiot, pour L'Express, en deviendrait presque méchant : "Un bras d'honneur aux supermen, un pied de nez aux spidermen, une claque aux batmen. Qu'ils mordent la poussière et que Mad Max leur enfonce la tête jusqu'au trognon. Non mais." 

Au terme de cette journée donc enflammée par l'ambiance désertique et épileptique du western de Miller, l'équipe du film a crée l'hystérie sur le tapis rouge :

Pierre Richard et son épouse Ceyla Lacerda se rendent à la projection de "Mad Max : Fury Road".

Tom Hardy, George Miller, la journaliste Margaret Sixel, Nicolas Hoult, Charlize Theron, Zoé Kravitz, Hugh Keays-Byrne et Megan Gale (RTL)

A demain pour le troisième jour de compétition sur les écrans de la Croisette! Valentin Grille  

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *