Grand Froid : Snow Therapy – Ruben Ostlund

Grand Froid : Snow Therapy – Ruben Ostlund

 Film catastrophe à tendance minimaliste, Snow Therapy est aussi un drame familial, un documentaire, une comédie et ainsi de suite… Un fourre-tout donc ? Surtout pas. Pour Ruben Östlund, réalisateur suédois dont c’est le quatrième film, Snow Therapy sera le film qui fera monter le taux de divorces dans son pays.

Tout un programme, donc, qui commence avec une famille parfaite dans une station alpine où la lumière est belle, et les enfants ont les joues rouges de bonheur. L’objectif de Ruben Östlund ? Détruire ce petit monde parfait. Et c’est avec une précision presque chirurgicale qu’il met en place cette entreprise. Mettant en scène un couple d’apparence harmonieux, parfaitement interprété par Johannes Kuhnke (vu dans Real Humans (Äkta Människor)) et Lisa Loven Kongsli, le réalisateur fait entrer le chaos dans leur relation (littéralement) afin de mieux mettre en valeur leur failles. Ce chaos est une avalanche, phénomène à la fois imprévisible, terrifiant et extraordinaire. Alors installée à la terrasse d’un restaurant à l’ambiance parfaitement terroir, la famille parfaite de Rubert Östlund, se retrouve confrontée à une « avalanche contrôlée » mais qui très vite laisse planer le doute dans les esprits, passe à deux doigts de détruire la terrasse et force le père à s’enfuir alors que ces enfants et sa femme crient son nom.

Snow Therapy 2

Dans cette scène de grand maitre, le réalisateur fait rentrer les éléments du chaos petit à petit, plaçant ces personnages face à la peur, la mort, pour ensuite les confronter aux rires nerveux de ceux qui ont cru vivre leur dernier moment, et au silence d’un père indigne, disparu lors du moment critique. En parlant d’ « avalanche contrôlée » et en mettant en avant les mécaniques de la station alpine, le réalisateur se montre friand de métaphores. Il utilise les expressions pour ses propres objectifs d’exposition. Dans cette famille, tout est contrôlé, tout est parfait, mais rien ne tient. Sans jamais tomber dans la caricature, Ruben Östlund pousse ses personnages vers leur retranchement, en nous confrontant au malaise le plus total au fil des scènes. D’abord, une conversation du « déni » ou le mari s’obstine à ne pas avouer sa lâcheté en passant par un diner en deux langues, ou la femme balbutie en mi-anglais-mi-suédois les fautes de son mari. Entre blancs immaculés des montagnes et dialogue ciselé, le réalisateur ne tombe jamais dans la surenchère. Car Snow Therapy est avant tout un film calibré. Tous les plans, tous les dialogues, sont cadrés, et surtout ils permettent au réalisateur de ne jamais lâcher son objectif. Dans le cinéma de Ruben Östlund, les outils cinématographiques sont au service du scénario. L’image du film est donc en adéquation avec la précision et la clarté des dialogues. Se déroulant entre la beauté façon carte postale des paysages alpins, et les lignes épurées d’un hôtel de luxe, Snow Therapy est un film du « froid », à la fois celle du monde physique et du monde psychique

.Snow Therapy 3

Dans le monde de Rubert Östlund, l’Homme avec un grand H est faible, les relations sont chaotiques, les amours fragiles, et surtout les paysages sont presque trop beaux pour être vrai, clinique dans leur majesté. Dans le monde de Rubert Östlund, lorsque la tension se fait trop forte, et le silence trop pesant, c’est LEté, en presto (ironie quand tu nous tiens) de Vivaldi qui joue, à la fois outil de l’accusateur et de l’accusé. Comme une sorte d’anthropologue des sentiments, le réalisateur suit les derniers jours du procès d’un couple, qui se déchire avec des outils tout à fait modernes. Modernes comme le cinéma. Ces outils ce sont le mépris, l’indifférence et toutes les petites sournoiseries qui peuvent s’immiscer dans les relations humaines. Le réalisateur ne craint pas la malveillance du monde, au contraire il la magnifie. Il cherche à documenter le chaos tout en gardant les petits moments de drôlerie qui font une famille. Snow Therapy est un film drôle, mais c’est un drôle de la tristesse, du doute, des conversations. Snow Therapy ne met pas seulement en scène un humour noir mais un humour vrai, qui met en valeur l’absurdité de la société dans laquelle nous vivons.

Sans prétention, Ruben Östlund se place comme le réalisateur d’une génération, d’une certaine manière de vivre et de voir le monde. Unique, complet et vivant, Snow Therapy est un objet fluide, exalté, jouissif presque. Un vrai bijou du grand froid.

Maëva Saint-Albin

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *