Otez-moi d’un doute – Une comédie des origines

Qui aurait pu croire au duo incongru Cécile de France-François Damiens ? Pourtant, le pari est parfaitement réussi ! Ce duo pensé par la réalisatrice Cécile Tardieu nous amène, dans cette comédie, à nous questionner sur les origines, l’identité et la nature des liens sociaux.

Erwan, démineur breton, alors qu’il accompagne sa fille chez le médecin pour vérifier l’état de sa grossesse, se retrouve face à une des vérités les plus difficiles à entendre, il n’est finalement pas le fils de son père. Soudain, les interrogations se bousculent, s’entrechoquent. Faut-il partir à sa recherche ? Faut-il en vouloir à son propre père ? Doit-il remettre en question l’éducation et le rapport avec celui-ci ? Il se sent horriblement perdu. Pour y remédier, il s’engage finalement à le chercher. Une bref enquête l’emmène sur les pas d’un vieil homme qu’il commence à fréquenter. Mais quelques jours avant, il fait la rencontre d’Anna, interprétée par Cécile de France, qui s’avère être la fille de son « nouveau » père. Devront-ils renoncer à leurs sentiments fugaces ?

Ironie du sort, il apprend que sa fille est enceinte d’un enfant qui ne connaitra pas son père biologique. Il la pousse donc corps et âme à retrouver la trace du père pour que l’enfant n’ait pas à connaître ce qu’il a vécu.

Otez-moi d’un doute est la réussite d’une comédie romantique avec Cécile de France, François Damiens, Guy Marchand et André Wilms. Chaque personnage est doté d’un humour très subtil qui arrive à faire rire facilement la salle. On pense particulièrement à l’acteur Esteban, qui incarne un personnage naïf, laid et idiot. Ce protagoniste offre des scènes hilarantes, notamment celle où on le retrouve déguisé en Zorro en haut d’un échafaud de chantier. La situation semble absurde alors que lui agit de manière la plus sincère et s’apprête à faire pour la première fois une preuve de grande responsabilité.

Les addicts de Cécile de France ne seront pas déçus de trouver une actrice véritablement plus amoureuse, plus libérée, plus passionnée que dans certains de ses films précédents. On pense notamment au long métrage En équilibre de Denis Dercourt dans lequel elle croise le chemin du charmant Albert Dupontel.

Ce film est à recommander pour passer un bon moment nourri de questionnements, d’amour, de rire, et d’émotions fortes véhiculées par les deux personnages principaux. En clair, Otez-moi d’un doute porte hautement bien son nom, bien que « doute » ne soit pas à prendre au singulier.

Loukia Peneau

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *