Rebelles – Gangster au féminin

Allan Mauduit / 2019 / 1h37 / Alors qu’elle fuit son compagnon devenu violent, Sandra (Cécile de France) revient s’installer chez sa mère à Boulogne-sur-Mer. Sans diplôme et quasiment sans expérience professionnelle, elle est embauchée à la conserverie de poissons. Ex-miss Nord-Pas-de-Calais, son physique affole les hommes qui se trouvent sur son passage... C’est le cas du chef de la conserverie, qui lui fait des avances. Un soir, Sandra est de corvée avec deux de ses camarades, Marilyn (Audrey Lamy) et Nadine (Yolande Moreau), pour le nettoyage des machines. En repoussant les avances de son chef, Sandra finit par le tuer. Les deux autres filles en sont témoin mais décident de passer le crime sous silence après être tombées sur un sac rempli de billets de banque...

Sandra, Marilyn et Nadine se trouvent donc liées par le secret et par l’ambition de partager la fortune entre elles. Mais les ennuis ne se font pas attendre : la disparition du chef est suspecte, et les billets de banque sont recherchés par des trafiquants de drogue belges...

Nos trois protagonistes deviennent de véritables héroïnes par leur détermination à braver les ennuis et à régler leurs problèmes personnels. Chaque personnage principal est subtilement construit et joué : une réalité sociale se cache derrière chacun d'entre eux. Malgré leur situation peu enthousiasmante (mère célibataire consommant de la drogue, mère de famille ne pouvant plus payer son loyer et ex-miss France qui retourne chez sa mère), le film est une réelle comédie et emporte le spectateur dans un univers décalé où l’on ne peut qu’adhérer aux agissements des trois personnages, qui sont réellement attachants : pris dans un engrenage, ils luttent pour revenir à une situation « normale » et ne reculent devant aucun obstacle.

Le film séduit aussi par les références cinématographiques dont il regorge. Impossible de ne pas penser à des scènes d’anthologie de Kill Bill (Tarantino), où des protagonistes féminines brandissent une arme blanche pour régler leurs comptes (avec des réflexes caractéristiques des arts martiaux), introduisant des moments de doute sur la généalogie des personnages avec des révélations troublantes, entre une abondance de sang et du courage face aux blessures...

Les trois actrices sont splendides, elles correspondent parfaitement à leur rôle, on en oublierait même parfois qu’elles le jouent ! Yolande Moreau incarne avec brio la mère de famille nombreuse et qui apparaît presque illettrée, du fait de son parlé si particulier et ses fautes de français récurrentes. Audrey Lamy avec son carré vanille / chocolat se montre énergique dans ses difficultés de mère célibataire, mais cela ne l’empêche pas d’avoir des rêves d’enfant et de les réaliser. Quant à Cécile de France, elle donne dans un registre tout autre de ce qu'on a connu d'elle jusqu’à maintenant. Plutôt habituée à jouer des personnages qui transpirent l’authenticité et la sincérité (peut-être parce que c’est ce qu’elle dégage naturellement), elle s’accommode ici très bien d’un rôle de femme fatale, qui se révèle assez fourbe à certains moments… Cela fait du bien de voir un film où les personnages sont des femmes, qui plus est, des semi-gangsters !

Tous ces éléments font de cette comédie un film intelligent, drôle et léger... A ne pas manquer.

Par Ariane Cornerier

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *