Fuyez donc ! L’Art de la fugue – Brice Cauvin

Fuyez donc ! L’Art de la fugue – Brice Cauvin

Devant le dernier film de Brice Cauvin, librement adapté  d’un roman de Stephen MacCouley, un seul mot d’ordre semble de mise ; fuyez ! Malgré un casting remarquable qui regroupe notamment Laurent Laffite, Nicolas Bedos, Benjamin Biolay et Agnès Jaoui, et un scénario prometteur, ce long métrage peine à susciter l’intérêt, et sa projection, en somme plutôt courte (une heure quarante), s’égrène péniblement. L’Art de la fugue aurait pourtant pu être une comédie drôle et touchante sur fond de drame familial car le scénario inextricable d’une famille en crise soulevait de nombreuses problématiques actuelles. Antoine vit avec Adar mais rêve de son ex, Gérard ne parvient pas à oublier son ex-femme et déprime, Louis doit se marier mais trompe sa fiancée et est amoureux d’une autre… Brice Cauvin déploie donc une histoire chorale dans laquelle ces trois frères ne vont cesser d’essayer d’échapper à une réalité étriquée et moche sans parvenir à se détacher du noyau familial étouffant. Alors qu’il aurait été intéressant d’explorer pleinement  le thème de la fuite et le refus de se contenter d’une réalité décevante, la subtilité manque à ce drame. Les dialogues sont exempts de toute subtilité et sonnent faux. A maintes reprises, les éléments de l’intrigue sont grossièrement téléphonés, ce qui leur enlève malheureusement toute épaisseur. Ainsi, un gros plan sans fin sur les lèvres d’Alexis, l’ex d’Antoine, doit nous faire comprendre l’attirance que ce dernier éprouve toujours pour lui. La direction des acteurs est, quant à elle, catastrophique ; ils semblent ne pas s’écouter les uns les autres et jouent leur rôle chacun de leur côté. L’ensemble est alors extrêmement dissonant et...
TOUTE PREMIERE FOIS et PAPA OU MAMAN : Les nouvelles comédies de couple

TOUTE PREMIERE FOIS et PAPA OU MAMAN : Les nouvelles comédies de couple

Au XXIème siècle, le couple n’est décidément plus ce qu’il était. Les homos peuvent se marier et le divorce s’est multiplié. Et le cinéma ne pouvait pas passer à côté. Il s’en est occupé dès cette année avec les deux comédies Toute première fois et Papa ou Maman. Ces deux films partent d’une idée scénaristique plutôt originale. Toute première fois de Noémie Saglio et Maxime Govare raconte l’histoire d’un jeune homosexuel qui, peu avant d’épouser son compagnon, couche pour la première fois avec une femme dont il tombe amoureux. De son côté, Papa ou Maman de Martin Bourboulon est une sorte d’anti Kramer contre Kramer, où un couple qui divorce se bat cette fois pour ne pas garder les enfants. La comparaison s’arrête là. Si Papa ou Maman arrive à conserver son originalité tout au long du film, Toute première fois s’avère être une comédie romantique très classique. L’humour de Papa ou Maman arrive à rester assez fin et à ne pas trop en faire. Les gags manipulant les enfants s’enchaînent sans être trop répétitifs, et même s’ils ont un peu prévisibles, ils sont quand même très drôles. A l’inverse, Toute première fois est carrément pénible. Les personnages sont caricaturaux (l’homo grande folle, la mère …) et les choix de casting parfois peu judicieux. La pauvre Nicole Ferroni en est restée au one-woman-show et n’est pas dans le même ton que les autres acteurs. Certains gags sont consternants voire gênants, comme quand Franck Gastambide s’agite en faisant l’hélicoptère avec sa … (je ne serai pas plus explicite …). Toute première fois manque d’originalité dans sa mise en scène, aucune...