Un Couteau dans le Coeur – Une hallucination qui ne passe pas

Yann Gonzalez / 1h42 / Sortie en salle le 27 Juin 2018 / Arrivée au festival depuis quelques heures seulement, c'est avec joie que j'ai obtenu une place pour Un Couteau dans le Coeur, le film du français Yann Gonzalez en Sélection Officielle. Je rentre donc dans le grand théâtre Lumière après la très officielle montée des marches sans rien savoir de ce que j'allais voir. Eh bien c'était intense. Le cadre : un studio porno gay des années 1980 dirigé par Vanessa Paradis et un tueur en série qui sévit contre ses acteurs. A mi-chemin entre film de genre, comédie, fantastique et série B, ce film se veut pop, survitaminé voire un peu halluciné, quitte à frôler le trop-plein. Les multiples incursions oniriques brouillent les pistes entre le réel et le fantasmé, tout comme la mise en abyme des événements réutilisés dans le scénario d'un nouveau film porno. Bref, le film veut proposer quelque chose de novateur tout en rendant hommage au giallo, ce genre italien des années 1960 à 1980 qui mêle allègrement horreur, thriller et érotisme. Malheureusement, la cohérence du film en pâtit violemment et on sort trop facilement d'une intrigue très foisonnante, voire carrément absurde. Et encore, c'est sans mentionner la performance d'actrice de Vanessa Paradis... Par respect pour elle je ne m'étendrai pas sur ce point, mais quelle tiédeur ! C'est bien triste. On sort donc de ce film un peu dépassé, hésitant entre rire et pleurer, se demandant quelle serait la morale de ce film ; toutefois, il suscite je trouve une certaine tendresse pour quelques personnages malgré tout attachants, et quelques scènes enivrantes en font un film certes maladroit, franchement pas très bon mais étonnamment assez touchant.
Elena di Benedetto

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *